News

Le golf en France son bilan et son avenir

Par  |  0 commentaires

Le golf en France son bilan et son avenir

En septembre 2018, un audit sur l’impact économique du golf en France a été commandé au Cabinet Ernst & Young Advisory.
Cette étude a porté sur les leviers et acteurs du golf: tourisme, parcours, équipements, institutions, tournois et medias.

L’ASSISE ECONOMIQUE

Il en résulte que le poids économique du golf en France est d’environ 1,5 milliard d’euros par an!
Mais ce chiffre d’affaire est resté en quasi stagnation de 2007 à 2017 (4% de hausse).
Le temps est passé des années 80/90 où la croissance était à deux chiffres!
La filière golf emploie quelques 15 000 personnes dont 85% en CDI.

LES HABITUDES CHANGERAIENT-ELLES?

Être membre d’un club est désormais moins prisé , le joueur « moderne » se libère de l’abonnement à un seul club pour devenir un consommateur « nomade » de plusieurs parcours en payant au green-fee. Ce qui peut-être très avantageux avec l’achat de carnets. Le budget moyen d’un golfeur français est d’environ 1 700 euros par an (abonnement, green-fees, équipement).

LES PARCOURS

Le nombre de parcours n’évolue guère depuis l’explosion de leur construction entre 1985 et 1992. En revanche, les parcours de neuf trous et les « Pitch and putt » sont prisés. Pourquoi cet engouement ou cet intérêt? Peut-être moins chronophage et financièrement plus abordable.

LA FRANCE EN QUETE DE DEVENIR UNE »DESTINATION GOLF »

Pour le tourisme, la France n’apparaît pas comme une destination golf comme le sont le Portugal, l’Espagne, le Maroc, la Tunisie ou la Turquie. Bien que première destination touristique mondiale, le golf français ne bénéficie pas de l’engouement de Disneyland Paris, de la Tour Eiffel ou du Musée du Louvre.

ATTIRER PLUS DE LICENCIES

La FFG accompagne de jeunes joueurs de haut niveau pour espérer atteindre les premières places mondiales et susciter ainsi l’intérêt du public pour le golf et par voie de conséquence augmenter le nombre de licenciés qui remonte légèrement chaque année depuis 2016 pour atteindre 412 726 en 2018.
Un licencié sur deux pratique le golf depuis plus de 10 ans mais les habitudes changent.

LE SPONSORING

Aux Etats Unis, 143 000 tournois professionnels et amateurs permettent chaque année de lever plus de 4 milliard de dollars pour des organisations caritatives.
En France, les recettes des golfs en sponsoring ne dépassent pas les 8 M€ soit moins de 1,5% des recettes des golfs.

LES SOLUTIONS PRATIQUES

Pour survivre il faut savoir se renouveler, le golf n’échappe pas à la règle.
Continuer la démocratisation du golf notamment avec la disparition de la tenue vestimentaire stricte imposée.
Renforcer les liens avec les entreprises en terme de séminaires, de networking et bien sûr de sponsoring/partenariat et proposer des activités corporate innovantes tels le brainstorming, relaxation ou team building.
Assurer le virage digital, il ressort en effet que pour 72% des pratiquants de golf à travers le monde, les plateformes numériques auront un impact positif sur le développement du golf. Les moins de 29 ans sont 78% à consommer des informations golfiques sur les réseaux sociaux contre 39% seulement des plus de 50 ans.
Les chaînes de golf Youtube contribuent largement à démocratiser ce sport. En diffusant gratuitement exercices physiques, test d’équipements, analyses biomécaniques, ou même conseils pour choisir sa prochaine destination touristique. Les chaînes Youtube informent une communauté de plusieurs dizaines de millions de personnes. Les dix première chaînes de golf Youtube totalisent à elles seules près d’un demi-milliard de vidéos vues.
La réalité virtuelle fait aussi son apparition au domicile des golfeurs en témoigne par exemple le lancement aux Etats Unis d’Aguila Golf, logiciel de réalité virtuelle permettant de jouer au golf dans son salon.
Toujours confidentielle aujourd’hui, elle constitue une réponse à l’aléa météorologique cité par 34% des joueurs comme un frein à la pratique.
Les golfs cherchent aussi à développer ce type d’expériences digitales pour attirer un public plus jeune à l’instar du programme Perfect Line de Bluegreen qui a intégré à certains practices une technologie permettant aux joueurs de connaître en temps réel la distance (carry et totale), la vitesse de la balle, la hauteur, le spin ou la précision de leurs coups.

Source: © 2018 Ernst & Young Advisory.

Commentez cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *